Photo partie, photo de parti, parti du parti…

Publié le

 

J’ai eu quelques remarques sur la disparition de la photo de François Bayrou en tête de ce blog. Je voudrais m’en expliquer en faisant un peu d’introspection. C’est l’été, un long week-end, il fait chaud…. J’ai des circonstances atténuantes !

Je me suis engagé en politique en 2004, de retour de deux ans d’expatriation en République Tchèque, ex-pays communiste, qui luttait avec force pour s’en sortir. J’ai retrouvé une France avachie, immobile dans ses certitudes, sa richesse et son lent mais inexorable déclin. Cette analyse beaucoup la partagent et à un moment on se dit « qu’est-ce que je fais, moi, pour éviter ça ? ». Ca peut paraître prétentieux, mais j’ai eu le sentiment qu’un engagement politique était un réponse possible.

J’ai rejoint le parti qui était le plus proche de mes valeurs : humanisme, libéralisme et « europhilie ».  Il s’appelait en 2004 l’UDF. Un certain François Bayrou avait eu le courage de le sauver d’une mort certaine dans le cadre d’une fusion avec le RPR dans un ensemble supposé plus vaste, appelé l’UMP. L’histoire a montré que Bayrou avait raison puisque les scores électoraux de l’UMP se sont bien vite réduits à ceux de l’ancien RPR, la branche « libérale, humaniste et europhile » ayant disparue.

Le premier « combat » a été les cantonales de Colombes nord-ouest de 2004, où se présentait Michel Mome, que j’ai aidé à la mesure de mes moyens et qui est devenu un ami. Michel est l’indéfectible président de la section UDF puis MODEM de Colombes.

Nous avons vécu ensemble, et avec bon nombre d’amis fidèles, quelles que soient leurs idées et leurs évolutions, les grandes heures de la présidentielles de 2007 (et les 18.6 % de Bayrou), de la législative à laquelle j’étais candidat (10.6 % malgré un candidat folklorique qui arborait le même logo !), puis les municipales à Colombes, grand moment d’action politique et de convivialité, même si le résultat a été décevant  (8.7 %).

Durant ces huit années, j’ai rencontré des personnes fantastiques, vécu des moments inoubliables et participé à la vie d’un parti politique fait de liberté, de démocratie interne et aussi de combats fratricides et de réconciliations autour de valeurs communes.

J’ai beaucoup regretté que Bayrou ne prenne pas parti au second tour de 2007. Trop en tous cas pour lui reprocher de le faire en 2012, d’autant que l’étroitesse du score final peut laisser penser que François Hollande lui doit son élection.

Mais la création du « centre pour la France », passée totalement inaperçue, sans aucune consultation ni de la base militante ni de la hiérarchie du parti, m’a fait douter. Etions-nous une secte dirigée par un Gourou tutélaire et omniscient ?

Les investitures pour les législatives ont confirmé ce doute. Après avoir désigné formellement ma collègue Blanche Mühlmann, maire-adjoint d’Asnières, qui a tout donné pour le Modem depuis des années, un oukase du siège parisien du Modem (centre pour la France ?) l’a, à quelques minutes de l’heure limite de dépôt des candidatures, obligé à renoncer. Bayrou préférant finalement investir Rama Yade, qui a soutenu Sarkozy et a déclaré, y compris au Conseil municipal de Colombes « Bayrou n’est pas mon ami ». S’il s’agit de recomposer le centre, j’en suis ravi, mais je crains que Bayrou et sa Cour n’aient été victime du mirage médiatique qui entoure la belle Franco-Sénégalaise, chouchou du Président sortant. Rien en tous cas qui ne justifie qu’on crucifie des militants historiques, sans même qu’ils puissent émettre un avis.

Je considère que les idées qui m’ont fait adhérer à un parti et dépenser beaucoup d’énergie pendant ces huit années, ne sont plus représentées par un Centre pour la France qui ne sert que les ambitions ( ?) personnelles de son fondateur, lesquelles se résument d’ailleurs à un mot : « survivre ».

Après avoir sacrifié ses députés en 2007 et donc ouvert la porte à la création du Nouveau Centre ; Bayrou sacrifie son parti en 2012. Nos valeurs, notre engagement, nos votes, valent mieux que cela.

Chacun jugera en son âme et conscience de ce qu’il convient de faire le 10 juin.

Je soutiens sans réserve mes amis Karim Yahiaoui et Guénola de la Seglière dans la première circonscription (cantons nord-est et nord-ouest de Colombes). http://blogs.lesinrocks.com/karim-yahiaoui/

Personnellement, mon combat sera celui de l’élection municipale de 2014. Indépendant, en défense des intérêts locaux, trop souvent sacrifiés sur l’autel de la politique nationale, fort d’un bilan respectable au Conseil municipal, ou nous ne sommes pas si nombreux à travailler avec régularité, je défendrai, quelle que soit la configuration, l’humanisme, le libéralisme et l’Europe !

 

 

 

Publié dans Politique

Commenter cet article

Ahmed Beribeche 30/05/2012 11:07


J'ai voté Bayrou au premier tour pour sanctionner l'UMPS et parce que le Front de gauche est porté par un bon tribun, un bon orateur mais qui n'a rien de populo car il est sénateur depuis 20 ans
. Si cela ce n'est pas participer au système.


A propos de Bayrou, j'ai eu l'occasion de dire ce que je pensais de sa démarche perso et suicidaire. les tenants du centrisme peuvent écrire " François m'a tuer" en 2007 avec le modem et
aujourd'hui il veut reprendre le jouet qu'il a cassé en lui donnant un nouveau nom "le centre pour la France". Pourtant, l'UDF, c'était un bon compromis et un bon allié avec le RPR. Ils avaient
des députés.


 Pensons au changement de demain à Colombes en 2014.

Salem Belgourch 29/05/2012 18:52


A new day has come !!! J'ai beaucoup aimé cet article. Merci tout simplement, notre tâche à Colombes ne fait que commencer ;) En avant !

Jacques Bodécot 29/05/2012 17:06


Amertume et douleur sont perceptibles dans ce billet qui vous honore. Tout à fait d'accord avec votre analyse. On a envie de crier "quel gâchis!". 


Merci pour ce que vous faites à Colombes. Votre tâche n'est pas terminée et bon courage pour 2014.


Jacques Bodécot

Bruno Bac. 28/05/2012 23:04


Bravo et Merci pour Colombes

laurent trupin 29/05/2012 11:51


merci à tous ceux qui ont commenté, sur ce blog ou plus discrètement par mail ou sms. j'apprécie énormément vos encouragements. Rama Yade me demande de préciser les choses suivantes : "la réalité,
c'est que je suis française tout court. par choix. Je n'ai pas la double nationalité" j'y rajoute des excuses car il n'était pas dans mon propos de lui faire du tort sur ce point. Etant moi-même
par ma mère d'orgine étrangère, je considére le mélange comme positif au contraire. Enfin, l'essentiel est sauf, le mot "belle" n'a pas été contesté ;-)


Rollinger Michel 28/05/2012 13:35