Le Programme de La Relève ! (14) L'Intercommunalité

Publié le par Laurent Trupin

programmetrupin2014

Avec qui coopérer ? Pour quels partenariats ?

“Non à l’intercommunalité de principe ! Oui à l’intercommunalité de projet !”

Le gouvernement veut mettre en place, via la « Métropole du Grand Paris »,
des intercommunalités imposées par l’Etat.

Une intercommunalité fondée sur des projets

Une simplification et une baisse de la pression fiscale
 

Une suppression des doublons administratifs et la mutualisation des moyens

NOS PROPOSITIONS

Le Maire sortant est bien entendu favorable à ce projet qui conduit à transformer notre ville en un simple arrondissement piloté par le Grand Paris et ainsi la priver des leviers les plus importants pour l’action au service des Colombiens.

Le Grand Paris est censé lever l’impôt et décider, notamment, en matière d’aménagement du territoire. Paris n’ayant plus de réserve foncière, c’est en banlieue que se construiront tous les nouveaux logements sans que les équipements nécessaires et services à la population n’aient le temps de suivre.

Une intercommunalité imposée, c’est l’extension du concept de ville-dortoir à tout le pourtour de la capitale. Nous contestons vigoureusement cette démarche incohérente, convaincus que les intercommunalités doivent se justifier par les projets qu’elles portent.

Nous sommes résolument opposés à cet étage supplémentaire du millefeuille administratif qui risque d’être particulièrement coûteux pour le contribuable et inefficace pour le citoyen.
Nous serons particulièrement vigilants sur deux points prévus par la loi :

+ La concertation : nous ferons valoir nos positions en faveur d’une intercommunalité fondée sur des projetsde partenariat d’intérêt commun, avec un périmètre pouvant être à géométrie variable. Ainsi par exemple pour l’aménagement du prolongement de la Défense, il faut discuter avec Nanterre et la Garenne-Colombes ; pour l’aménagement des berges de la Seine, avec Bezons et Argenteuil.

+ Les synergies : nous serons attentifs à la réalité de la simplification et la baisse de la pression fiscale, ainsi qu’au maintien des compétences essentielles de la commune.

Nous approuverons une remise à plat des compétences des collectivités territoriales et de l’Etat, à condition que celle-ci ait pour effet de supprimer les doublons administratifs et de mutualiser les moyens.

Les intercommunalités n’ont de sens que si elles créent des synergies, utilisent plus efficacement l’argent public et permettent aux territoires d’être plus performants et attractifs.

Téléchargez la page du programme

Publié dans Élections municipales

Commenter cet article